La Famille de Schœnstatt                           dans le diocèse d’Autun
La Famille de Schœnstatt                           dans le diocèse d’Autun
La Famille de Schœnstatt dans le diocèse d'Autun
La Famille de Schœnstatt                      dans le diocèse d'Autun

L'Ordre du jour spirituel ou l'OJS

 

Inventé en quelque sorte par Joseph Engling, il consiste à décider en conscience et avec l'aide d'un accompagnateur, quels exercices spirituels je veux accomplir dans la journée et à noter le soir, par écrit, ce qui a été fait ou non. Pratique apparemment scolaire elle se révèle très efficace, que ce soit pour les paresseux ou pour les grands (voire trop) zélés. Le Bienheureux Karl Leisner, arrivé au sommet de la sainteté puisqu'il devait mourir peu après et que Jean-Paul II l'a béatifié en 1996, tenait cet OJS chaque jour dans le revier de Dachau, lieu par essence peu propice à ce genre de "réflexion", et il le remettait chaque mois à son Père Spirituel, le Père Kentenich. Le premier avantage est de ne pas me retrouver au fond du trou sans m'en apercevoir. Si je vois chaque soir que, bien qu'ayant décidé de prier le chapelet tous les jours, donc si  je vois chaque soir que je ne l'ai pas dit, je ne peux pas ne pas me poser la question : pourquoi ? C'est une grande aide pour la progression de la vie spirituelle. Si je suis d'un naturel "flemme", le Père spirituel pourra sans me noyer me suggérait tel ou tel exercice, et dans ce domaine comme dans l'autre : l'appétit vient en mangeant. La tiédeur est l'arme préférée du démon, mais avec l'OJS, il est impossible de glisser sur cette pente savonneuse sans s'en apercevoir.

 

Joseph Engling ensuite conseillera d'offrit cet OJS pour les contributions au capital de grâces. Et la boucle sera bouclée.


Le Père Kentenich suggère des pistes pour l'OJS :

 

Nous devons tenir notre ordre du jour spirituel de façon éclairée : l’OJS est le nom collectif de tous les exercices que j’aimerais absolument voir assurés, à l’exception de l’EP, dans le sens de l’idéal personnel (IP). Il n’existe justement aucune attitude sans exercice. C’était déjà ainsi avant le péché originel. C’est pourquoi la piété est toujours une piété de conviction et d’exercices. Si la conviction est l’essentiel et ne peut être engendrée et maintenue sans exercices, alors ceux-ci sont tout aussi importants. Si j’appartiens une communauté religieuse, je dois d’abord attacher de l’importance aux exercices qui y sont prescrits. Bien sûr, je prends uniquement les points qui ne sont pas assurés par la vie. Chez nous, combien ne sont pas assurés ? Ce ne doit pas être simplement des exercices religieux. Par exemple, je travaille jour et nuit, mais [que devient] la santé ! Alors veiller à la santé est un point de mon OJS. Il doit justement assurer ce qu’un agere a proposito[1] exige de moi.

 

Notre OJS doit être d’abord éclairé : éclairé par mon IP. Exactement comme pour l’EP. Éclairé par l’idéal de la Communauté à laquelle j’appartiens. L’idéal de la Communauté est déjà un IP. C’est pourquoi il déborde sur chacun. Éclairé aussi par les règles et les exercices de la Communauté. Éclairé par le temporel : le temporel a déjà façonné mon IP, il coïncide donc en fait avec l’idéal personnel. Mais comme ce n’est pas assez perceptible, je le mets en évidence personnellement.

Si nous voulons vaincre aujourd’hui le bolchevisme et l’humanisme [naturaliste], je dois faire attention aux caractéristiques contraires de l’humanisme chrétien. Au fond, que renferme l’humanisme chrétien ?

 

Une pureté de style : religieux, moral, ascétique. Mais ne vous méprenez pas. Regardez comment saint Paul présente l’humanisme chrétien. Il dit si souvent : dans les échanges, soyons bons, humains. C’est pourquoi il faut faire attention à la pureté du style, à l’unité du style : quel est le plus important ? L’unité de style : religieux, moral et ascétique. Je ne dois pas seulement dépendre du Bon Dieu, je dois aussi être ennobli[2]. Mais il ne faut pas non plus passer à côté d’une certaine pureté ascétique de style. Mais il faut tenir l’échelle juste des valeurs. D’abord religieux, ensuite moral, ensuite seulement ascétique. Sinon nous sommes en grand danger d’être brisés. Lorsque l’ascétisme est premier, nous pouvons être sûrs d’en être brisés.

Ne perdez jamais de vue ceci : je dois aussi me laisser inspirer par le bolchevisme. C’est pourquoi je dois aussi choisir les points qui m’aident à dégager ma personnalité et à prendre soin de la pensée de la Communauté, de son être et de sa vie.

 

Notre ordre du jour spirituel doit être efficace et dynamique.

Il doit être efficace : je dois répéter là ce qui a été dit pour l’EP. L’OJS doit être efficace : grâce au lien avec l’au-delà : je dois combler de valeurs les différents points et les lier avec l’IP. C’est valable pour l’auto-éducation comme pour l’éducation d’autrui. On a fait ainsi très tôt. Mais aujourd’hui, nous devons mettre plus fortement les lois en évidence. L’homme simple et naturel agit ainsi. Je copie ses lois pour redevenir simple et naturel.

Grâce au lien avec ici-bas : il peut être assuré par le contrôle ou le compte-rendu. Le contrôle toujours comme protection contre les changements d’humeur et l’oubli.

Il doit être énergique : par le fait que, à cause des fautes, je m’attache dans le repentir et l’humilité à l’IP. Par le fait aussi que je m’impose çà ou là une pénitence. Avec ça, j’ai tout dit.

 

Mais pourquoi un contrôle par écrit ? C’est aussi un moyen de garantie. Ce n’est pas un moyen de garantie absolu. La psychologie actuelle dit : plus les sens sont impliqués, plus l’impression agit. Si l’on prend une résolution, ce devrait être davantage que le geste d’un sauvage. La loi est juste, mais cependant excessive. Si je le formule clairement, j’arrive au but. Les hommes qui s’éduquent sans ce genre de chose sont rigides. Je pourrais dire aussi : l’examen de conscience suffit. Mais vous savez comment cela se passe chez nous, les vicaires des grandes villes. Mais si je m’assois et que je dois faire plus tard tant de petits traits[1], j’ai alors une protection contre l’oubli. Et aussi contre le changement d’humeur. Car le plus important n’est pas maintenant, de faire le petit trait, mais dans les actes intérieurs, dans l’humiliation intérieure qui y est associée. Nous devons toujours nous servir des petites fautes pour nous humilier devant le Seigneur. Voilà comment dans le contrôle écrit, j’ai une garantie contre l’oubli et les sautes d’humeur.

 

[1] NdT : pour remplir l’OJS : chaque soir, on coche les cases des exercices effectivement accomplis.


[1] NdT : agir selon un plan, un dessein

[2] NdT : littéralement : moralisation. (Ma vie doit devenir de plus en plus morale)

Liens fraternels

Le diocèse d'Autun : http://www.autun.catholique.fr/

 

Le Mouvement de Schœnstatt en Belgique :

http://www.schoenstatt.be/

 

Le sanctuaire de l'unité dans le diocèse de Cambrai :

http://www.sanctuairedelunite.fr/

 

Le site de la Mère pèlerine en Suisse:

http://mere-pelerine.com/

 

Le secrétariat du Père Kentenich

www.pater-kentenich.org/fr

 

Vidéo sur des profils divers de schœnstattiens :

http://www.dailymotion.com/schoenstattsuisse